____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Conférence : "Foto Povera, les pratiques alternatives"

Yannick Vigouroux

Le mercredi 18 février 2009 à 18h00
à l'École Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles


Conférence réalisée avec le soutien de M. Gattinoni Professeur à l'ENSP et de M. Talbot, Directeur de l'ENSP d'Arles

Accès tout public


Dans le cadre d'une sensibilisation à l'image et au-delà des rencontres avec les publics scolaires, cette première conférence proposée par L'atelier du midi en collaboration avec l'ENSP, s'inscrit dans un programme plus durable, que nous souhaiterions voir naître chaque année autour d'une exposition thématique.

L'espace d'une "conférence - débat" est toujours un moment particulier durant lequel peuvent s'exprimer la cosntruction d'une pensée, des idées, des réflexions, des points de vues et des dialogues.

Cet espace a été proposé à Yannick Vigouroux, qui en tant que membre fondateur en 2005 (avec Rémi Guerin) du Collectif Foto Povera, propose une lecture singulière dans le champ historique de la photographie. Au travers des "pratiques pauvres" qui n'ont cessé de jalonner le temps historique de la photographie depuis 1830 aux côtés de la photographie dite "officielle", plus "riche", c'est tout les jeux des approches "art mineur" et "art majeur" passées par le filtre de l'histoire de l'art, que Yannick Vigouroux met en question.

Cette réflexion trouve d'ailleurs un écho très favorable à l'ère du numérique et à une volonté d'imposer économiquement un seul et unique moyen de faire des images. Cette soi-disante pensée "moderniste" ne serait-elle qu'une avancée de plus au service de la technologie au détriment de l'artistique ? La modernité, "l'esprit moderne" ne peut que réfuter cette position artificielle. L'histoire est là pour témoigner du contraire et le Collectif Foto Povera, pour affirmer qu'aujourd'hui encore, subsistent des pratiques qui défendent qu'une posture artistique est avant tout un regard partagé sur le monde, peu importe les moyens utilisés, pauvres ou riches. La poésie est partout "à prendre" et "à donner", à condition d'être disponible et de "travailler".



Amphi de l'ENSP, installation du public. Dans le public, Pierryl Peytavi et Julie Vola, membres du Collectif Foto Povera



Au cours de la conférence, une image de Ticky Miroslav, poête et adepte de la photographie "bricolée"