Lise Dua

« Paysages Intérieurs » - Exposition Les courbes de l'oubli

Interview de Lise avec Radio 3DFm
Interview par Arles Web TV

Série "Paysages Intérieurs", 2010


Introduction au travail de Lise Dua...

Lise Dua est une glaneuse à la manière d’Agnès Varda : elle ramasse les restes d’une culture, celle-là mêm qui s’épanouit dans le champ familial et dans celui de la photographie. Les épis qu’elle trouve prennent la forme d’une lumière au travers d’une chemise ou d’une ombre apparaissant sur le sol d’une vieille maison, ou encore d’un fragment de compotier rempli de framboises, évoquant sans aucun doute ces beaux étés, si lointains et obscurs, qu’ils se perdent dans la mémoire.

Un bel été obscur sera l’une de ses premières séries de photographies en noir et blanc, une série qui nous rappelle que la photographie a bien inscrit dans son histoire sa maîtrise de la trace et du souvenir. Ça a été là, disait Roland Barthes, irrémédiablement.

Dans ce travail de proximité, il serait bon aussi de convoquer Matisse qui exprimait le fait qu’il n’est nul besoin de chercher loin ses sujets, ils n’en seront pas plus pittoresques. C’est autour de soi qu’il faut regarder, et cadrer afin de bien montrer l’inconnu qui se livre à la vue de tous, sans être vu. Cette leçon de regard, il semble que Lise Dua l’ait ressenti. Immergée dans ses recherches photographiques et dans « ses paysages intérieurs » (titre de sa dernière série), elle apprend que des maisons appartenant à sa famille vont être détruites. S’engage alors une véritable course contre le temps, une course qui consiste à conserver des lieux aimés, à glaner des souvenirs enfouis, à faire des photographies. Mais dans leur vacance, les lieux ne renvoient plus rien... Lire la suite.

Paysages intérieurs, 2010
Paysages intérieurs, 2010
Paysages intérieurs, 2010
Paysages intérieurs, 2010